Recevez gratuitement mon guide "Comment mettre en place un couple BDSM sans douleur"
Un ebook pour tous les couples qui veulent une belle relation
Un ebook réservé à ceux qui veulent satisfaire leur conjoint
Votre couple est déjà dans le BDSM et vous ne savez pas encore.
Sans cravache ni douleur vous pouvez aller plus loin et rendre jaloux tous les autres couples que vous connaissez, grâce au BDSM, sans cuir et pour longtemps.

Sensations du déni de plaisir et de la taquinerie

Sensations du déni de plaisir et de la taquinerie

Le fétiche “Taquiner et Déni”, également connu sous le nom de T&D, consiste simplement à mettre votre soumis(e) dans une position où vous l’excitez pendant un certain temps sans lui permettre d’atteindre l’orgasme. Le fétiche lui-même est très vaste car il peut incorporer un grand nombre de scénarios selon le désir de la dominatrice (ou dominateur) et du soumis (soumise), mais il peut être épuisant mentalement et physiquement pour le soumis s’il n’est pas bien fait. Le T&D a des possibilités infinies parce que chaque soumis a ses propres significations de ce qui l’excite et ce qui ne l’excite pas. Ce qui est excitant ou aguichant pour votre soumis peut ne rien signifier pour un autre soumis, c’est pourquoi un maître et une maîtresse devra connaître très bien son soumis s’ils veulent explorer ensemble le fétichisme de l’aguichage et du déni.

Il est plus fréquent que le T&D soit pratiquer sur un soumis masculin par une dominatrice féminine pour la simple et bonne raison que l’homme ne peut jouir qu’une fois avant d’être épuisé (surtout si la jouissance est poussée jusqu’à l’éjaculation). Une femme est capable de jouir, d’avoir plusieurs orgasmes de suite, physiquement et psychologiquement.

Mais pourquoi quelqu’un voudrait-il permettre à son dominant de le laisser délibérément ne pas avoir d’orgasme ? C’est ce que nous allons découvrir

Un état de contrôle extrême

La première raison pour laquelle quelqu’un laisserait sa dominatrice le faire est qu’il est un soumis et qu’il doit se conformer aux désirs de sa Maîtresse. Cependant, pour les adeptes de ce fétiche, il ne s’agit pas seulement de se soumettre à la volonté de leur domina, mais d’une forme d’excitation sexuelle. Le fétiche de la taquinerie et du déni est synonyme de puissance pour la dominante et de propriété pour le soumis. De plus, l’anticipation du moment où sa dominatrice le laissera jouir est une excitation en soi pour le soumis. C’est un état de contrôle extrême, à la fin duquel le soumis se sent satisfait et la dominatrice se sent bien dans son pouvoir sur lui.

Alors, où ce jeu se déroule-t-il ? Il n’y a pas de limites quant aux endroits où ce jeu peut se dérouler, mais pour qu’une femme dominatrice et un soumis puissent pratiquer ce fétiche en public, il faut qu’ils se connaissent vraiment bien. Ce fétiche, comme beaucoup d’autres, exige une grande confiance et une connaissance de ce qui excite votre soumis et de ses limites. La connaissance de votre soumis vient avec le temps, c’est pourquoi ce fétiche est plus courant dans les relations à long terme.

Communiquer, apprendre, explorer

Si vous n’avez pas encore exploré le fétichisme de la taquinerie et du déni, sachez qu’il est à la fois simple et complexe. C’est simple parce que vous devez simplement l’exciter et ne pas le laisser se masturber, et c’est complexe parce que sans connaître votre soumis, vous ne serez pas en mesure de dire quand il est sur le point d’avoir un orgasme. A partir de là, c’est à la domina de choisir les actions pour exciter son soumis et aussi choisir de ne pas le laisser jouir. Vous pouvez être aussi expérimentateur que vous le souhaitez. Pour les partenaires dans une nouvelle relation BDSM, il est difficile de s’aventurer dans l’art de la taquinerie et de la dénégation parce qu’une dominante ne sait pas ce qui excite son soumis et ne reconnaît pas non plus les langues de quelqu’un pour repérer l’approche d’un orgasme.

Nous sommes sûrs que si vous êtes une dominatrice qui lit ce texte, vous avez déjà commencé à fantasmer sur la façon dont vous feriez supplier votre soumis pour le laisser se masturber. Faites savoir à votre partenaire que vous aimeriez essayer ce fétiche avec lui. Laissez-le se renseigner sur votre fétichisme et vous rendre la pareille. S’il a des questions, répondez-y avec clarté, après quoi vous pourrez tous deux aller là où votre imagination vous mène. Le BDSM consiste à expérimenter et à repousser ses limites. C’est pourquoi, pour les couples qui vivent une relation BDSM, le ciel est la limite !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *